Skip to main content
14th mars 2024

Soutenir le mouvement antiraciste au Brésil

Le Brésil est un pays marqué par d’importantes inégalités raciales et le mouvement antiraciste s’est renforcé parallèlement au mouvement américain Black Lives Matter. Dans cet article, nous cherchons à approfondir notre compréhension des origines de ce problème, afin d’améliorer notre compréhension et de nous permettre de réfléchir à la manière dont nous pouvons changer cette réalité.

L’importance de l’alphabétisation raciale pour comprendre le racisme au Brésil

Pour commencer ce voyage de connaissances, introduisons quelques concepts importants. La première est la race/couleur/ethnie. D’un point de vue génétique, il n’y a que la race humaine, mais d’un point de vue social et politique, nous savons qu’il existe des différences entre les groupes raciaux au Brésil.

La course au Brésil

Ainsi, lorsque nous parlons de race au Brésil, nous nous référons aux caractéristiques phénotypiques (biologiques), telles que la couleur de la peau, le type de cheveux, la forme du nez et la forme de la bouche. D’autre part, l’ethnicité est liée aux affinités culturelles, à la langue, aux traditions et aux religions d’un groupe particulier. Cette définition diffère de celle des États-Unis, où la génétique est prise en compte dans la classification raciale. En raison du métissage du peuple brésilien, la perception raciale est complexe, comme le montre cette vidéo :

Une curiosité : la notion de race comme moyen de catégoriser les humains comme supérieurs ou inférieurs est une invention récente. Ibram Kenri, historien américain, affirme que Gomes Zurara, qui a écrit en 1450 un livre commandé par le roi portugais de l’époque, a justifié l’esclavage des peuples africains en les dépeignant comme des païens (glossaire) qui avaient besoin d’être sauvés par la religion chrétienne.

La composition des identités raciales au Brésil

La notion de Noirs est également essentielle. Au Brésil, selon la méthodologie adoptée par le recensement (IBGE), il existe cinq races/couleurs : Noir, Brun, Blanc, Indigène ou Jaune. Ces informations sont obtenues par le biais de l’autodéclaration, c’est-à-dire que les chercheurs du recensement nous demandent comment nous nous percevons/déclarons. Les Noirs sont la somme de ceux qui se déclarent noirs ou bruns.

Actuellement, au Brésil, la majorité de la population est noire : 56 %. C’est le pays situé en dehors du continent africain qui compte le plus grand nombre de Noirs dans le monde.

Si nous parlons de la race/couleur noire, nous devons aborder le concept de la blancheur, qui est l’identité raciale des personnes blanches. Être blanc signifie avoir des privilèges sociaux dans une société brésilienne très inégalitaire. Mais tout au long de l’histoire occidentale, les Blancs sont devenus la référence en matière d’humanité, ce qui fait qu’il est difficile pour les Blancs de se penser en termes raciaux.

Racisme structurel ou racisme systémique

Enfin, un autre concept pertinent est celui du racisme structurel. Lorsque la discrimination raciale (préjugés mis en pratique) est systématique, il y a racisme. Nous affirmons que le racisme au Brésil est structurel parce qu’il est présent partout : dans toute interaction interpersonnelle, dans toute activité, dans toute institution publique et privée, générant des désavantages pour les Noirs et des privilèges pour les Blancs.

Selon Silvio de Almeida dans le livre Structural Racism, « Forme systématique de discrimination fondée sur la race qui se manifeste par des pratiques conscientes ou inconscientes entraînant des désavantages ou des privilèges pour les individus, en fonction du groupe racial auquel ils appartiennent ».

L’analyse du racisme structurel met en doute l’existence du racisme inversé, parfois utilisé par les Blancs contre les efforts de lutte contre le racisme. La réponse est que le racisme inversé n’existe pas.

Si le racisme est un système qui génère des désavantages et des oppressions pour les Noirs et des privilèges pour les Blancs, le racisme inversé serait la situation inverse : les Blancs subissent des désavantages pour les privilèges de la population noire. Cela ne serait possible qu’en voyageant dans le temps, comme l’illustre cette
vidéo
.

En d’autres termes, les Blancs peuvent être victimes de discrimination raciale, mais pas de racisme à rebours, car ce phénomène n’est pas systématique.

Le rôle des alliés et de l’allié dans le mouvement antiraciste

Les alliances sont donc essentielles : nous constatons que le racisme est un système qui implique que des groupes racialisés subissent des désavantages alors que d’autres ont des privilèges. C’est donc le rôle de chacun de rechercher une société plus égalitaire. Les Blancs sont des alliés essentiels car, grâce à leurs privilèges, ils peuvent contribuer à promouvoir les droits des Noirs. Dans la dernière section, nous donnerons des exemples de pratiques antiracistes.

Jusqu’à présent, nous comprenons le racisme et ses graves conséquences sur le développement humain et sociétal. C’est pourquoi il incombe non seulement aux Noirs, mais aussi aux personnes non noires, en particulier aux Blancs, d’y faire face. Jane Elliot, dans le
documentaire « Blue Eyes »
présente cette réflexion.

Le parcours d'un allié  Outre la reconnaissance des privilèges et l’écoute active des voix noires, quelles autres attitudes antiracistes les Blancs peuvent-ils adopter ?

  • Engagez, dans la mesure du possible, un dialogue sur le racisme dans vos cercles sociaux. Conversations avec des amis, la famille, au travail ou toute autre interaction.
  • Faites le « test du cou » : entraînez nos yeux à voir les personnes qui nous entourent et à remarquer la diversité raciale. Cela nous aide à déterminer si notre espace est diversifié et inclusif, et s’il y a des Noirs, quels rôles ils jouent. Après une longue pratique, cette attitude devient automatique.
  • Lire des œuvres d’auteurs noirs.
  • Regardez des films et des séries produits par des créateurs noirs.
  • Apprenez à connaître les artistes noirs (musique, arts visuels, arts du spectacle, etc.).

En outre, l’équité raciale est étroitement liée aux objectifs de développement durable proposés par les Nations unies en 2015. Il y a 17 objectifs contenant 169 cibles pour préserver les ressources naturelles et l’environnement et promouvoir les droits de l’homme. L’une des devises de l’Agenda 2030, pour la promotion des droits de l’homme, est de ne laisser personne de côté ; l’inclusion sociale de tous les individus est fondamentale pour la durabilité de la planète. Tous les individus sont des agents potentiels de la promotion de l’équité raciale afin de rendre notre monde plus juste et exempt de racisme.

Vous voulez en savoir plus ?

Le cours en ligne Allyship journey de Shiftbalance est disponible sur notre page Ressources. Nous proposons également des formations antiracistes sur mesure pour les entreprises et les ONG.

Podcasts : https://projetoquerino.com.br/english/

Vidéos sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=grbDvnAdeXs

Livres :

image de couverture du racisme dans une démocratie raciale image de couverture de l'œil le plus bleu  image de couverture d'un livre estampillé depuis le début

Auteur : Janaina Gama

Photo de profil de Janaina Nolasco Gama

https://www.linkedin.com/in/janaina-nolasco-gama/